Et même le vent n'en a soufflé mot, appréciations de lecteurs

Fabienne (Finistère),recueil dévoré en peu de temps, recueil empreint d'émotions. Les écrits et l'histoire sont bien menés, on ressent la femme amoureuse à fleur de peau. On la suit jusqu'au terme du recueil. Les images sont présentes, on peut s'identifier facilement. J'ai beaucoup aimé, sincèrement. Toute rencontre n'est fortuite et celle-ci t'aura amené à écrire de jolies choses… Bravo !Bravo à Julie aussi, ses dessins sont tout en accord avec le titre du recueil et le fond… c'est “aérien”. Philippe (Suisse)"Le silence était vert, la lumière mouillée, tremblant le mois de juin était un papillon. quand par-delà le lac et les pierres,lorsque tu traversas midi, dans le domaine austral.Pablo Neruda.Continue, car tu as le don de décrire comme doit l’être le détour du chemin ou la douce courbe d’une épaule.Merci pour tes très beaux poèmes.Bizzzz.Véronique de la rue du Guéodet (Finistère),grâce au livre “Et même le vent m’en a soufflé mot” de Moca , j’ai renoué avec la poésie !Elle joue avec les mots et elle les place dans un ordre inattendu.Cela donne une valse d’images savoureuses.Elle crée un ricochet d’étincelles de plaisir à la lire.Moca a réussi une nouvelle façon d’honorer la poésie.Michel (Finistère),je me suis régalé avec ton livre, un condensé d'émotions … D'une absolue sincérité … Je me suis réjoui avec toi, j'ai souri avec toi, j'ai pleuré avec toi … Magnifique ! je le recommande chaleureusement à tous ceux qui passeront ici ! Bises. Maryna (Rhône-Alpes), Ma chère Moca, lire votre recueil a été un enchantement et un ravissement, tant vos mots sont limpides et votre coeur si généreux.Votre amie Maryna. Bernadette (Isère)),MOCA,dans ton livre “Et même le vent n'en a soufflé mot”, mes poèmes préférés sont :je demande ta main” : il me parle de cette façon ; oser être soi-même, aller au bout des choses!Tu m'avais dit ô tendre” : il relate tout ce qu'une femme peut entreprendre de grand pour l'homme qu'elle aime!Pourquoi” : il est touchant!“L'homme qui prend” : c'est le portrait du… coureur de jupon!“Chemins croisés” : je suis croyante, donc ce texte me plait!“Ecriture à deux mains” : j'aime bien la phrase “aujourd'hui le temps est dépassé, désormais les vagues se font câlines!”…Tes poèmes, bien alignés dans un ordre chronologique, permettent ainsi de suivre cette histoire d'Amour ... avec un grand A !C'est une très bonne idée d'avoir fait cheminer tous tes poèmes vers un récit ; celui d'une union SACREE!Le titre est original. C'est un très beau livre, avec des mots authentiques! Il a de la prestance, du cachet! Emmanuelle (Neuchâtel, Suisse)Que dire, devant la force des mots, des paysages... Ce merveilleux recueil m'a amené vers des horizons inconnus, m'a fait rêver.Merci pour tant de beauté.Amicalement,Diakaridia Togola (Mali) Merci de m'avoir informé de la réalisation de ton rêve. Je suis très content pour vous. A l'aube de cette année 2010, je souhaite qu'elle soit une année de réalisation des rêves nobles de tous les citoyens du monde. A vous Moca, je vous répète toute mon admiration. Je ne vous connais pas, mais à travers vos écrits, je vous sais une femme courageuse, battante, le coeur plein de joie, d'amour et toujours prête à partager. Ceux et celles qui arrivent à cultiver en eux cet état d'esprit, ont découvert, pour moi, le sens de la vie. merci une fois de plus ” amicalement. C'est craquant et courageux.Avec une touche bretonne et un délice sous les yeux... A découvrir d'urgence pour un hiver chaleureux et sensuel.A toutes les saisons même!Laurent Mornet (Bordeaux)

septembre 30, 2016


Nous nous sommes rencontrés sur le chemin des mûres, estimés en nos différences. toi, léger comme l'air, moi, brûlante comme le feu.

Nous nous sommes estimés en nos différences.

Loin des guerres futiles, il est un lopin de terre, au bord de l'océan atlantique, balayé par le souffle riche de ses embruns.

Un lieu palpitant habité de soleil, de rires, de frémissements, de mains qui se touchent.

""""""""









septembre 27, 2016


La lune est belle ce soir
un bonbon de douceur
à la claire pâleur
sur nos murs aquarelle

Nous la croquons d'un oeil
tandis que dans le lointain
les aboiements des chiens
joyeux et frétillants

La lune, dans les bois
leur projette son reflet
bel os que voilà  !
la belle les a gâtés !


°°°°°°

septembre 25, 2016



Nos tiroirs
aux billets griffonnés
dont les mots enlacés
échappent aux regards

Homme d'amour
se dévoile au papier

^^^^^^^^^^^^^^^^^







LA BLOUSE DE MON PERE

Sa blouse a belle tâche
pendue au vieux tréteau
elle porte aussi panache
se souvenant d'un dos

Elle garde dans ses plis
les battements d'un coeur
qui a piqué sa vie
en lettres de couleurs

Sa blouse a belle tâche
la matière se souvient
des teintes qui arrachent
des rires et des sueurs

Gardant au profond d'elle
l'histoire d'une vie
le reflet des prunelles
si claires, de l'apprenti

Sa blouse a belle tâche
pendue au vieux tréteau
portant aussi panache
d'une vie entre a et o

Des pinceaux et des gouaches
une tête de massicot
qui devenait la hache
sanglante de l'échafaud

^^^^^^^^

septembre 19, 2016


Je me souviens très bien de cet été-là.
Il faisait beau.Les vitrines éclataient sous les flashs des touristes. Le soleil breton offrait aux dunes sa lumière naturelle. Il avait emprunté, sa chaleur, au midi.
Un navire s'apprêtait à lever l'ancre pour rejoindre Belle-île-en-mer.
Face à  l'océan, en bordure de plage, la solide maisonnette   recevait le sel des embruns sous les cris perçants des mouettes.
Je n'ai pas oublié cet été-là où nous avons partagé l'unique et palpitant voyage.

"'''''''




septembre 14, 2016

BOIS DE ROSE - ÉCRIT EN DOUBLE TONALITE

Roses
teintées de cendres
de nos amours défuntes

Roses noires
de carnaval
à la fausse élégance

quand les belles de mai
de leurs tendres nuances
adoucissent nos regards
et nos crayons de bois

"'''''''''''''

Bois de rose

de nos bouches pastel
dans les gris de l'hiver
des dessous en dentelle
et moelleux pull-overs

du petit « bonheur du jour »
près de la fenêtre entr'ouverte
et du crayon d'amour
à la mine ouverte


Bois de rose

des amours printaniers
sous les rondes charmilles
quand s'ouvrent joliment
les pétales du coeur

................

septembre 13, 2016

COULEUR PASTEL

Du côté de Brest

"'''''''''

Nez busqué du marin
yeux profonds du poète
majestueuses quêtes
aux frémissants matins

Insolites chemins
où s'enroulent tempêtes
intérieures conquêtes
et grandioses desseins

Horizons inconnus
sages lieux tamisés
lumineuses prunelles

Mêmes âmes habitées
d'une nature rebelle
voyageuses assoiffées

"""""""""

Pieds nus
sur le sol, de bois chaud
ou de sable

Bien ancrés
rejoignons l'animal
et son cri

"'''''''''

septembre 10, 2016

LOUISE

Elle est née autrefois
quand les blés dorent aux champs
et vécu,  je le crois
ses plus tendres moments
sur la pierre chauffée
par le soleil brûlant
à l'ombre du noyer
où elle portait l'enfant

"''''''''''''